Lucy, Aux Frontières du Nanar…

Rating:

Lucy_1

A force de produire des navets commerciaux sous le label Europacorp, on aurait presque oublié que Besson est (était ?!) aussi un réalisateur talentueux donc forcément lorsqu’il annonce une nouvelle réalisation il est attendu au tournant. D’où le buzz autour de Lucy, d’autant que le Français en a écrit le scénario et que le casting se veut colossal avec Scarlett Johansson & Morgan Freeman comme têtes d’affiche.

Lucy est une étudiante américaine à Taiwan. Embarquée contre son gré dans une sombre histoire de traffic de drogue, elle devient mule pour une nouvelle drogue de synthèse le CPH-4. Lorsque le composé chimique se déverse en grande quantité dans son organisme, il décuple les capacités cognitives de Lucy, lui permettant d’utiliser davantage que les 10% de cerveau exploités par le commun des mortels et là voilà dotée de pouvoirs extraordinaires. On suit les mésaventures de la jeune femme, poursuivie par la mafia taiwannaise et dans sa quête existentielle (“que dois-je faire avec tous ces pouvoirs et ce savoir ?” se demande-t-elle).

Le film, à mi-chemin entre le 5e Elément et Nikita, est plutôt moyen à mon goût. Les scènes d’action sont globalement décevantes, la mise en scène déjà vue et Scarlett Johansson ne suffit pas à relever le long métrage. Autre gros point noir, le trip métaphysique du film avec des allers-retours dans la préhistoire et aux origines du monde ainsi qu’une scène finale qui ressemble à une parodie de Tree of Life. Une grande ambition affichée sur tous les plans (esthétique, scénaristique et intellectuel) et un gros raté sur tous les plans. A voir si vous avez 2h de vie dont vous n’avez absolument aucune utilité ou sur TF1 dans 4 ans…

 

 

Leave a Reply