Closed Circuit, London Parano

Rating:

closed_circuit

Un film par le réalisateur de Boy A qui avait révélé Andrew Garfield en 2009, un scénario de Steven Knight à qui l’on doit notamment Les Promesses de l’Ombre ainsi qu’un couple d’acteurs plutôt solide : Eric Bana et Rebecca Hall, Closed Circuit avait tout plaire.

Un attentat fait 120 morts à Londres. L’enquête mène vers un homme d’origine turque : Faruk Erdogan. Le procès du “siècle” se met en place dans la capitale britannique, sauf qu’il s’agit d’un procès quelque peu particulier: le gouvernement souhaite utiliser des documents classifiés dans sa poursuite, par conséquent le procès se déroulera en 2 temps et le présumé terroriste aura 2 avocats. Un en charge de l’audience publique et l’autre, l’Avocat Spécial pour les séances à huis-clos. Claudia (Rebecca Hall), l’Avocate Spéciale est soumise à des règles strictes : après avoir consulté les documents confidentiels, elle ne pourra plus communiquer ni avec le prévenu ni avec l’autre avocat de la défense. L’intrigue de Closed Circuit débute avec le suicide du premier avocat de la défense et de la nomination de Martin (Eric Bana) pour le remplacer. Martin est un avocat brillant et persévérant, il va peu à peu découvrir la vérité, se mettre en danger, sans compter qu’il a eu une liaison avec Claudia, ce qui ne va pas simplifier la situation…

Il y avait la volonté de montrer la surveillance permanente dans nos sociétés (le titre “closed circuit” faisant clairement référence aux caméras de surveillance urbaine “closed-circuit cameras”) et de doubler ce message d’un thriller de qualité. Malheureusement le scénario de Closed Circuit est trop prévisible et dessert le propos comme l’intrigue. Les acteurs se contentent du minimum syndical. Bref, à regarder si vous n’avez vraiment rien de mieux à faire…

 

 

Leave a Reply